Emeraudes : pourquoi les prix ont-ils autant augmenté?

graph

Entre 2000 et 2018, le prix de l’émeraude a été multipliée par plus de 300%, soit plus de trois fois sa valeur initiale. A quoi cette explosion des prix est-elle due ? En observant l’évolution des cours sur 20 ans, on observe deux dates charnières : 2008 et 2015. Explications.

Quand la crise des subprimes fait monter le prix des émeraudes2008

Avant 2008, la prise de valeur de l’émeraude était d’environ 4,5% par an. Une évolution relativement stable et sans spécificité notable comparé à celle des autres pierres précieuses. En 2008, alors que la crise des subprimes éclate, les cours des valeurs cotées en Bourses s’effondrent. Dans la foulée, les valeurs refuges, comme l’or et les pierres précieuses voient leur prix s’envoler. Le phénomène n’a rien d’exceptionnel. Ce type de valeurs est réputé offrir une garantie de préservation de capital en cas de crise. Celle des subprimes ne fera pas exception. La crise financière et bancaire qui touche les Etats-Unis, se transforme en crise mondiale. Devant la quasi-faillite de certaines institutions financières et bancaires, les investisseurs du monde entier se précipitent vers des valeurs sûres, tangibles et dont les prix résistent à toutes les crises. C’est donc sans surprises que l’émeraude voit sa valeur impactée. A partir de 2008, elle enregistre une valorisation de 7% par an. Presque le double des années antérieures.

2015 et le symposium international sur l’émeraudegraph2015

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la crise de 2008 fut bénéfique pour l’émeraude. Mais les principaux pays producteurs, la Colombie en tête, déchantent. Ils ne profitent pas de cette source de revenus essentielle que pourrait représenter pour ces pays le secteur de l’extraction. En raison de l’opacité du circuit commercial de l’émeraude, les états producteurs ne parviennent pas à revendiquer une quelconque imposition sur ce produit pourtant extrait de leur terre.

C’est dans ce contexte que s’est réuni en 2015, sous l’égide de la Colombie, le premier symposium mondial sur l’émeraude. Ce sommet a rassemblé à Bogota les plus grands producteurs mondiaux. L’objectif était clair : mettre en place un suivi officiel et transparent du circuit commercial de l’émeraude permettant aux états la possibilité d’imposer les différents acteurs du processus, et ainsi augmenter leurs recettes fiscales. Mais il s’agit également de promouvoir une modernisation d’un secteur minier parfois quasi-artisanal et le faire entrer dans un schéma plus industriel, ainsi que le fait Gemfields dans ses mines d’émeraudes de Zambie.

Un encadrement de la filière émeraude

Le temps de la mise en place de ce protocole, l’exportation d’émeraude fut très nettement ralentie. On note une baisse de 15% en Janvier, et un recul de 26,8% en Février 2015.

Encore plus impressionnant, les coûts de l’exportation ont tout simplement doublé sur la seule année de 2015. Les cours augmentent en conséquence de 3,5% d’une année à l’autre, passant de 7% à 9,5% d’augmentation annuelle, sans discontinuer jusqu’à aujourd’hui.

Si ces faits permettent de mieux comprendre les raisons de la spectaculaire augmentation du prix de l’émeraude, ils n’expliquent cependant pas tout. Il est vrai que cette pierre précieuse a bénéficié d’un réel effet de mode. Qui perdure. Les spécialistes s’accordent en effet pour reconnaître que l’attractivité de l’émeraude auprès du public ne se dément pas. Nous ne sommes plus dans un phénomène de mode. La tendance s’est aujourd’hui réellement installée.

Alors qu’en octobre prochain, se tiendra à Bogota le second symposium mondial sur l’émeraude, il conviendra de suivre avec attention ce secteur qui pourrait bien connaître une nouvelle évolution.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *