Pallinghurst Resources devient officiellement Gemfields

Pallinghurst Ressources emeraudes

Pallinghurst Resources a décidé, lors d’une assemblée générale extraordinaire, de changer de nom et de prendre celui de sa filiale dont il est l’actionnaire majoritaire, Gemfields. Cette décision découle directement à l’abandon progressif des actifs dans la sidérurgie que possédait le fonds d’investissement. Le changement officiel de nom à la Bourse de Johannesburg se fera le 11 juillet. Cette décision a paraît logique. Elle reflète la réorientation stratégique de ses activités vers les pierres précieuses.

Pallinghurst Resources : des désaccords parmi les actionnaires

Ce changement de nom, c’est sans doute l’un des rares points sur lequel les actionnaires étaient unanimes. En effet, de profonds désaccords ont marqué l’assemblée générale de Pallinghurst Resources. Près de 30% des actionnaires ont voté contre l’adoption de la politique de rémunération proposée. Ils ne voulaient pas soutenir les primes versées aux membres du conseil d’administration. Du moins, pas avant que l’entreprise n’adopte des critères de performance supplémentaires.
Le rapport de rémunération 2017 de Pallinghurst Resources montre que Brian Gilbertson, alors président du groupe, et son PDG d’alors, Arne Frandsen, ont reçu 175 000$ chacun en rémunération de base. Sean Gilbertson, maintenant chef de la direction de Gemfields, a reçu 136 000 $.

Un recentrage sur les activités de pierres précieuses

Avec sa nouvelle appellation, le fonds d’investissement envisage de se faire coter à Londres, ce qui marquerait le retour du nom de Gemfields à la cotation. La société est toujours enregistrée à la Bourse de Johannesburg. Cette décision marque la volonté du groupe de se recentrer son activité de pierre précieuse de couleur, notamment l’émeraude et le rubis. Un nouveau site mettant en avant les critères de développement durable de la société a déjà été mis en ligne. Selon la direction, il devrait cependant demeurer un investisseur majeur dans le secteur des métaux et des mines. Certaines rumeurs font également état d’un possible désengagement dans Fabergé.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *