Pologne et Slovaquie, les nouvelles places fortes du commerce d’émeraude

Colombie, Afrique, Dubaï, Inde, Singapour, autant de lieux connus pour être ceux où l’on négocie les émeraudes. Mais à cette liste , se greffe désormais deux nouveau pays qui entendent bien se tailler la part du lion, la Pologne et la Slovaquie.

Les nouvelles places fortes du commerce d’émeraude

Cela fait près de deux ans que que la Pologne et la Slovaquie font les yeux doux à la filière émeraude. il est vrai que les deux pays présentent bien des avantages. Du point de vue géographique, situés au centre de l’Europe, ils offrent une intéressante proximité avec toutes les autre capitales européennes. Autre avantage, ils font tous les deux partie de l’Union européenne et bénéficient donc d’un système bancaire de premier ordre, plébiscité récemment par la revue britannique The Banker. Les grandes banques françaises y sont d’ailleurs présentes depuis des années, via des prises de participation et création de filiales. En Slovaquie, tous les grands établissement bancaires sont détenus par des capitaux étrangers, essentiellement, Autrichien, Français ou Allemands.

Des conditions de sécurité idéales pour les transactions

Pour le secteur émeraude, la sécurité offertes par le choix d’établissement bancaire de premier ordre est sans aucun doute le principal attrait pour le secteur émeraude, en recherche de lieux où le négoce est structurellement facilité. Plusieurs ventes d’émeraudes ont déjà eu lieu avec succès. Si leur montant n’atteint pas encore ceux obtenus lors des ventes de Singapour ou de Dubaï, les deux pays ont l’ambition de rapidement les concurrencer. Et leur pari pourrait bien être gagné plus tôt qu’on ne le pense.

Pologne et Slovaquie, des ambitions qui arrivent à point nommé

L’intérêt pour les deux pays est évident. Cela leur permet tout d’abord de gagner un nouveau marché, mieux de créer un nouveau marché puisque le négoce des émeraudes dans ces deux pays n’existait pas il y a encore trois ans. Le retrait de la Grande Bretagne de l’Union européenne a également été un facteur important. En effet, de nombreux groupes extracteurs ont leur siège en Grande-Bretagne. Or, le Brexit pose un véritable problème concernant les flux financiers des banques britanniques. Ces dernières ont été contraintes de demander des agréments afin de réinstaller certaines de leurs activités en Europe continentale afin de continuer à exercer leurs services à leurs clients européens. En devenant un centre névralgique du commerce de l’émeraude, la Pologne et la Slovaquie proposent cet avantage unique de passer par des établissements bancaires européens susceptibles de procéder à des transactions très encadrées.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *